04 décembre 2015

revolution

Nous vivons dans une période de changement massif. Chaque jour, apporte son lot de changements dans notre vie quotidienne. Quand ce n’est pas un nouveau petit gadget technologique, c’est un changement dans nos versements de retraite ou les qualifications requises de notre emploi ou la politique étrangère de notre gouvernement – la liste est infinie. Tout ce que nous considérons comme étant le socle stable de notre quotidien et de notre mode de vie semble soumis au changement. Les évènements récents à Paris illustrent le fait que la structure même de notre sécurité générale et de notre bien-être social est remise en question et testé – Tout change ! Même le ‘’changement’’ est en train de changer – Il n’y a pas que la fréquence du changement qui s’accélère, il y a aussi son amplitude. Le changement devient plus important et plus rapide. Et si vous pensez que la cadence du changement est accablante aujourd’hui… vous ne serez pas déçus du voyage demain.

Bien sûr, le ‘’changement’’ peut être une chose positive. Qui ne voudrait plus recevoir une augmentation de salaire ? Ou déménager dans une meilleure maison ? Ou avoir la dernière technologie de pointe la meilleure, la plus rapide et la plus solide ? Nous aimons tous le ‘’changement’’. Il est excitant, énergisant et naturel. Nous sommes même récompensés pour créer du changement : le changement vu comme ‘innovation’. Les entreprises adorent l’’innovation’. Les directeurs généraux épousent l’innovation. – « Nous avons besoin d’être plus innovants », « l’innovation est la clé de notre survie » etc etc.

Alors pourquoi entendons-nous souvent les gens parler du changement de manière péjorative ? « Et bien le problème avec eux c’est qu’ils n’aiment pas le changement » ou « Eux ? Ils sont hostiles au changement ». Existe-t-il un trait de personnalité indiquant que certaines personnes n’aiment tout simplement pas le changement ? Cela ne peut être vrai, on ne peut pas simplement étiqueter les gens comme ‘’n’aimant pas le changement’’. Il est plus probable que tout le monde AIME le changement… si il peut leur être bénéfique ou si c’est un changement qu’ils ont CHOISI d’adopter. Très peu de personnes apprécient que le changement leur soit imposé. Et quand c’est le cas, la réponse naturelle la plus probable est de ‘‘résister’’.

Et ce ne sont pas seulement les individus qui réagissent positivement ou négativement au changement. Les groupes, les organisations, les sociétés, les cultures répondent toutes au changement de manières variées. Prenez la société de taxi Uber par exemple – une nouvelle manière d’organiser et d’utiliser les véhicules de taxis – Uber a fait sensation auprès des utilisateurs. Nous avons adoré : il nous a donné un service de transport plus fiable, efficace et accessible. Mais le changement du business model a immédiatement rencontré des résistances auprès des organisations de taxis traditionnelles existantes dans le monde – à tel point que les sociétés de taxis se sont mises en grève et ont exercé une pression sur leurs gouvernements pour intervenir, affirmant que ce business model révolutionnaire allait saper les sociétés existantes. « La Haute Cour de Justice de France a confirmé une loi bannissant le service low cost de Uber » (http://www.theverge.com/2015/9/22/9372917/uber-france-court-ruling-uberpop); le Gouvernement Canadien a même poursuivi la société de taxi Uber « Uber risque un demi-Million de dollars dans le procès mené à son encontre par les chauffeurs de taxi de la plus grande ville du Canada, Toronto. » (http://www.bbc.co.uk/news/technology-33649983)
Personne ne choisit d’être résistant. La majorité d’entre nous souhaite simplement que demain ne soit pas pire qu’aujourd’hui. Nous sommes des penseurs à court terme – nous aimons naturellement le statu quo. Si nous sommes vraiment curieux à propos du changement, c’est que nous voulons qu’il nous soit bénéfique (dans l’idéal, immédiatement) et nous voulons sentir que nous avons le contrôle sur notre changement. Mais bien sûr, le Monde est en train de changer, et pas toujours à notre bénéfice immédiat.

La résistance au changement s’observe typiquement quand le changement nous est ‘’imposé’’ et quand le changement paraît immédiat – par exemple la croissance rapide de mouvements résistants clandestins en réponse à l’occupation en temps de guerre, ou la colère et la résistance qui peuvent apparaître à partir de quelque chose d’aussi banal qu’une réorganisation départementale –.
Mais tous les changements ne sont pas si visibles. Considérez le ‘changement climatique’ par exemple – pour autant que la majorité d’entre nous soyons concernés, aujourd’hui ressemble globalement à hier et nous pouvons être confiants sur le fait que demain sera également à peu près le même également. Nous continuons notre vie quotidienne ignorant avec bonheur les changements en évolution autour de nous. La même chose pourrait être dite sur la croissance démographique / la migration / les richesses – Nous savons que ça se passe, mais nous pouvons difficilement remarquer son évolution, nous n’en ressentons pas d’impact immédiat sur nous et nous ne nous sentons pas forcés de réagir ou d’y résister –.
Apparemment (je n’ai jamais essayé cela et déconseille à chacun de le faire) vous pouvez déposer une grenouille dans une casserole d’eau froide, mettre cette casserole sur le feu et la faire monter doucement à ébullition, et la grenouille n’essayera pas de sortir de l’eau – elle mourra ébouillantée, parce qu’elle n’est pas en mesure de détecter les petits changements de températures qui s’opèrent d’un moment à l’autre. N’est-ce pas exactement la manière dont nous procédons, en tant qu’êtres humains dans la grande question du changement lent?

Parfois, nous pouvons voir des choses en train de se produire – un développement rapide, ou une « étape du changement » – et nous prenons des décisions immédiates sur le fait d’aimer ou ne pas apprécier ce changement – nous lui résistons (par exemple en protestant) ou nous l’adoptons activement (par exemple en achetant la dernière avancée technologique en matière de téléphone portable).
Cependant, la plupart du temps le changement se glisse en nous et nous sommes dans l’ignorance heureuse du changement qui est en cours. Les choses se transforment avec le temps, elles évoluent – aujourd’hui se différencie d’hier de manière imperceptible et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, nous regardons le passé en nous étonnant de nous être mis dans des situations que nous n’aurions pas imaginées des années auparavant. Certaines personnes pourraient appeler cela ‘‘évolution’’.

Notre réaction au changement révolutionnaire est différente de notre réaction au changement évolutionnaire et la seule raison à cette différence est le facteur temps. Ainsi, quand les entreprises et les organisations veulent bien parler en interne d’ ‘’innovation’’, si ils souhaitent que leurs nouvelles idées soient en phase avec les masses-‘’suspicieuses’’ au changement, elles ont besoin de commencer à penser à une stratégie plus lente de persuasion, de vente ou d’implémentation – elles ont besoin de penser en termes d’Evolution. Une ‘’évolution rapide’’ inventée où les gens veulent bien accepter une série de petits changements palpables sur une période de temps.

Mais que cela pourrait-il signifier pour nous, en tant qu’individus, dans nos vies quotidiennes ? Et bien j’imaginer que cela dépend de si vous êtes la personne qui imposez le changement sur d’autres personnes ou si vous vous êtes celui/celle à qui sont imposées les idées des autres. La ‘’résistance’’ est sans doute une stratégie appropriée si vous n’êtes pas en mesure de négocier avec ceux qui vous imposent le changement ou leurs idées, mais concentrons-nous ici sur ce que signifie être l’instigateur du changement « comment faire pour que les autres adoptent votre changement ?»
Et bien c’est là que réside l’aspect crucial du problème : Si vous avez l’intention de FORCER les gens à adopter votre idée ou changement, alors il y a des chances que vous affrontiez pas mal de résistances… il est bien plus difficile de FORCER quelqu’un à accepter votre changement que de l’AIDER à accepter votre changement. Si vous voulez minimiser les risques de résistances, pensez à comment vous pourriez AIDER les autres à adopter vos idées.
Si vous avez une idée, un produit ou une croyance révolutionnaire auquel vous souhaiteriez que les autres adhèrent sans résistance, alors vous allez commencer à penser à une stratégie pour faire apparaître cette idée comme sûre et comme quelque chose de familier. Par leur nature, les idées nouvelles NE sont PAS familières, aussi comment pouvez-vous introduire cette nouvelle idée de manière à ce qu’elle paraisse être une évolution de quelque chose avec lequel on soit à l’aise et qui paraisse familier ? Comment pouvez-vous réguler les personnes à accepter en douceur (presque sans le savoir) votre nouvelle idée ? Au lieu de choquer les gens avec un changement révolutionnaire (et provoquer la résistance), nous avons besoin de créer une stratégie d’ ‘’Evolution rapide’’ où le changement peut se produire de manière presque organique.
Les praticiens de Programmation Neuro Linguistique (PNL) ont un postulat (ou principe directeur) qui dit « le sens de votre message est la réponse que vous obtenez » – suggérant que si vous n’obtenez pas la réponse que vous vouliez d’une personne comme résultat de votre échange avec elle, alors peut-être que la personne a trouvé un autre sens à ce que vous avez communiqué, auquel cas vous devez modifier votre message jusqu’à ce que vous obteniez la réponse que vous vouliez. C’est un insight puissante – si vous voulez éviter la résistance, vous aller devoir « lire » les retours/réponses de votre marché cible et adapter votre stratégie. Il n’incombe pas de la responsabilité des autres de comprendre et d’accepter votre idée du changement… c’est votre responsabilité de les AIDER à le comprendre et à avoir envie de l’accepter.

Si certains veulent imposer leur produit, service, idée, vision, croyances etc sur le reste d’entre nous, avec l’intention que nous les acceptions (ou y adhérions pleinement), ils doivent le faire avec intelligence et attention. Le fait d’entrer en trombe (parfois de manière presque littérale) « toutes armes dehors » nous choque tous et déséquilibre notre statu quo, et nous nous opposons alors naturellement une résistance. Et voici une mise en garde sanitaire : faire adopter des idéologies à d’autres sociétés par des actes de terrorisme ne réussira jamais car c’est une méthodologie qui choque et offense bien avant que l’idéologie en question prenne le temps d’être examinée.

Les hommes résisteront toujours aux stratégies de terrorisme et ce quelle que soit l’idéologie ou la croyance qu’il y a derrière. Cependant et si une organisation (ou des organisations) avait déjà travaillé et était doucement, gentiment (et avec succès) en train de nous convaincre à leur cause et que, comme la grenouille dans la casserole d’eau en train de bouillir, nous étions trop myopes pour le voir ?
Je me demande si nous sommes déjà les ‘‘victimes’’ de quelques personnes intelligentes qui ont planifié depuis longtemps leurs stratégies pour convaincre de leurs changements d’idéologie et de culture d’une manière évolutionnaire qui paraisse si sûre et familière que nous ne l’avons même pas remarquée à travers le temps ?

Aussi, si nous cherchons à créer un changement durable, peut-être est-il temps d’arrêter de parler en termes d’’innovation’’ et de commencer à parler en termes d’ ‘’évolution rapide’’. Il est intéressant de noter que la description de la mission d’Uber (sur son site internet anglais) ne commence pas par ‘’innovation’’ ou ‘’révolution’’. Uber utilise un langage suggérant qu’ils ont une stratégie à long terme ; « Uber évolue de la manière dont le monde bouge.»

Tim Morley
Décembre 2015
(Traduction Catherine Tanitte)

About Author

Avatar de staff
staff

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.